Le secteur de l’hôtellerie

L’HÔTELLERIE


La France compte environ 21 200 hôtels, toutes catégories confondues. Ce parc hôtelier est fortement marqué par l’hôtellerie économique. On estime en effet qu’environ 70% des hôtels homologués (terme défini ci-dessous) sont classés une et deux étoiles, le classement allant de sans étoile à quatre étoiles de luxe. Près de la moitié de l’offre est concentrée sur trois régions, toujours les mêmes, Ile-de –France, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Ce sont en effet ces régions qui attirent le plus la clientèle étrangère.

 

Les dirigeants des hôtels poursuivent tous le même objectif : remplir leur établissement au maximum de sa capacité. Et la barre est placée haut : un hôtel parisien a ainsi besoin de remplir son hôtel, on parle de <taux d’occupation>, à environ 60/65% dépassés, il commence à dégager des bénéfices.

LA MODERNISATION DU PARC HÔTELIER FRANÇAIS

En décembre 2008, Herve Novelli, secrétaire d’Etat chargé du tourisme, a dévoilé la nouvelle grille de classification hôtelière et un plan d’accompagnement financier permettant  1,5 milliard ‘euros d’investissement pour soutenir les hôteliers dans leur effort de mise aux normes.

Cette réforme est, selon Hervé Novelli, indispensable pour adapter le parc hôtelier français aux standards internationaux et doit permettre à la France de répondre aux nouvelles attentes des consommateurs.

La grande nouveauté est la création d’une cinquième étoile : le nouveau référentiel s’étalera désormais de la première à la cinquième étoile. Il n’existera donc plus d’hôtels sans étoile.

La nouvelle classification intègre de nouveaux éléments liés à l’accès internet, à l’accessibilité, au développement durable et à la qualité de service. Elle est composée de critères obligatoires et de critère <à la carte>.

 

 Le choix des critères composant cette nouvelle grille correspond à la volonté de coller aux attentes des clients, d’adopter les modes de vie actuels, en remplaçant les critères obsolètes ou inexistants. Par exemple il apparaît évident, qu’aujourd’hui, les clients demandent de l’internet et non plus une cabine téléphonique. En termes de confort, les normes définissant la literie sont désormais obligatoires.

 

La grille prévoit un choix plus vaste d’équipement (spa, piscine, aire de jeux…) et d’aménagement (espace bain ou spa directement dans la chambre, possibilité d’aménagement des espaces communs). Dans le même ordre d’idée, de meilleures adaptations des normes sont prévues pour coller aux cas particuliers comme les hôtels installés dans les monuments historiques : une répartition plus libre entre la surface de la chambre et de la salle de bain est permise pour répondre aux contraintes que font subir les bâtis anciens dont les normes ont bien du souvent du mal à s’accommoder.

 

Cliquez sur le bouton modifier pour changer ce texte. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.Le classement s’établira désormais à partir de six chambres, permettant au passage de marquer plus clairement la distinction de l’hébergement hôtelier, d’une autre activité touristique, les chambres d’hôtels qui disposent d’un cadre réglementaire spécifique à condition de ne pas dépasser les cinq chambres/quinze lits.

Enfin, la propreté tient une bonne place parmi les critères obligatoires, de même que l’entretien des établissements : tout équipement pris en compte dans le classement ne peut être validé que propre et en bon état. La propreté est particulièrement vérifiée sur les points importants comme la literie, la chambre, tous les espaces communs et de restauration.

A noter : l’ancienne classification des hôtels cessera définitivement en juillet 2012.

Pour en savoir plus : www.tourisme.gouv.fr

Source : discours d’Hervé Novelli prononcé lors de la présentation du plan de modernisation du parc hôtelier français en décembre 2008.

Dans le secteur de l’hôtellerie, il faut distinguer plusieurs sous-secteurs.

L’hôtellerie indépendante

Elle regroupe les hôtels indépendants, ceux qui n’appartiennent pas à un groupe. Ce sous-secteur est majoritaire en nombre et comprend des styles d’établissements très divers, du petit hôtel  familial au grand palace.

Les chaînes volontaires

On désigne par le terme de <chaîne volontaire> des hôtels indépendants qui se regroupent sous une enseigne commune, tout en gardant chacun leur liberté. Ils mettent en commun leur force commerciale, se présentent ensemble dans des guides et créent même, pour certaines chaînes, une centrale de réservation. Ils peuvent ainsi mettre en avant leurs qualités communes : qualité de l’environnement, ambiance familiale, bâtiment ancien… L’union fait la force ! On peut citer comme exemple les chaînes volontaires Relais et Châteaux (www.relaischateaux.com) et les hôtels Logis (www.logishotels.com)

Les chaînes intégrées

Plusieurs hôtels appartiennent, ou dépendent par le biais de la franchise, à une société mère. Dans chaque établissement est appliquée une politique générale. L’exemple type est celui du groupe français Accor (1398 hôtels en France et 4111 dans le monde répartis entre plusieurs enseignes) positionné sur plusieurs créneaux : hôtellerie  haut de gamme comme hôtellerie super économique (Formule 1). Notez qu’Accor est le leader européen du secteur.

Chaque établissement de l’enseigne présente généralement les mêmes caractéristiques (superficie, tarifs, services…) jusqu’à la décoration des chambres qui est parfois identique. Dans ce cas on parle de <standardisation>.

 

Selon Coach Omnium, les dis premières chaînes intégrées les plus représentées en France en 2009 en nombre d’hôtels étaient : Accor Hospitality (Ibis, Formule 1, Etap Hôtel, Novotel…) groupe du Louvre (Campanile, Kyriad, Concorde, Première Classe), groupe B&B Hôtels (B&B Hôtels), Dynamique Hôtels (Balladins), Choice Hôtels (Clarion, Comfort, Quality), InterContinental Hôtels (Holiday Inn, InterContinental…), JJW (Amarante, Median, Stars, Rezidor (Park Inn, Country Inn, Radisson), Marriott (Renaissance, Courtyard, Marriott, Starwood Hôtels (Four Points, Le Méridien, Westin…).

 

L’hôtellerie de préfecture

Regroupe l’hôtellerie <non homologuée>, des petits hôtels familiaux, souvent situés en zone rurale et offrant rarement un service de restauration.

 

Pour être homologué, un hôtel doit correspondre à certaines normes de confort (surface, équipement…). Les hôtels homologués sont classés dans l’une des six catégories d’étoiles suivantes : sans étoile, une toile, deux étoiles, trois étoiles, quatre étoiles et enfin quatre étoiles luxe. Pour exemple, afin d’être classé trois toiles, un établissement doit proposer à sa clientèle des chambres d’au moins 9 m², équipées de sanitaires privés, un accès à un ascenseur et possibilité de service du petit-déjeuner en chambre.

L’hôtellerie super économique

Aujourd’hui, une dizaine de chaînes propose une enseigne super économique. Le concept a été mis au point au milieu des années 80 par le groupe Accor. Il s’agissait d’offrir des chambres à des prix défiant toute concurrence afin d’attirer ceux qui ne vont pas à l’hôtel pour justement des raisons de budget serré. Si ces hôtels arrivent à pratiquer des tarifs planchers tout en offrant des chambrées au confort acceptable (téléphone dans la chambre, salle de petit-déjeuner, parking….), c’est notamment parce qu’ils sont le plus souvent situés en dehors du centre-ville (le terrain est donc moins cher à l’achat), fonctionnent avec un personnel réduit au strict minimum (l’accès aux chambres est souvent automatisé grâce à la carte bancaire) et sont construits selon des normes ultra standardisées.

 

Aujourd’hui, les hôtels super économiques sont fréquentés par des types de clientèles très différentes : touristes, étudiants, professionnels de la route ou encore familles en vacances qui louent plusieurs nuits consécutives.

La résidence hôtelière

Une résidence hôtelière propose des petits appartements que l’on loue le temps des vacances. Vous avez peut-être déjà entendu parler de Pierre et Vacances (www.pierreetvacances.com) ou encore des Citadines (www.citadines.com).

 

 

Le secteur des résidences hôtelières a beaucoup évolué ces dernières années et  offre aujourd’hui de nombreuses formules adaptées  à différents types de clientèles : formules économiques ou luxueuses, établissements < spécial sports d’hiver> ou situés en pleine nature, pour des vacances mode <écolo>….

L’hôtellerie de plein air

Nous voulons bien sur parler des campings. Un mode de vacances économique et donc fort apprécié des grandes familles, d’autant plus que les campings se sont diversifiés, équipés (on peut parfois louer sur place des bungalows) et que l’accueil y est devenu de plus en plus professionnel. On trouve aujourd’hui des campings trois étoiles avec piscine, discothèque et stands d’animation

Les dix premiers groupes hôteliers en Europe au 1er janvier 2010

Raison Sociale

Hôtels

Chambres

Evolution 2009-2010

Accor

2234

243 004

0,9%

Best Western

1289

87 017

3,3%

IHG

554

86 084

1,7%

Groupe du Louvre

995

71 544

20,23%

NH Hoteles

353

50 777

16,2%

Sol Melia

203

45 960

1,9%

Carlson/Rezidor

228

44 471

4,%

Tui

167

41 079

-0,3%

Hilton Worldwide

163

39 713

3,8%

Whitbread

579

39 142

1,2%

 

Source : Palmarès europée 2010 des groupes hôteliers, MKG Hospitality, mars 2010.